August - 2017
Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sunday
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12
13
14 15 16 17 18
19
20
21 22 23 24
25
26
27
28 29 30 31  
Sunday, 13. August 2017
18:00 - Chambara Sportif
Le chambara sportif ou "Spochan" souvent utilisé dans le langage parlé, est une escrime martiale, ludique et sportive qui se pratique avec des armes en mousse (épée, épée court, la...
Saturday, 19. August 2017
09:00 - Visite de Miyajima
Venez à la rencontre de la nature, de la culture et de l'histoire de Miyajima ! Écotour exceptionnel organisé par la Setonaikai
Friday, 25. August 2017
19:20 - Tarot de Yokohama
Soirée jeux de cartes dînatoire, une soirée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 2,300 yens Dîner et boissons inclus.
Saturday, 26. August 2017
14:30 - Pique-nique de rentrée
Venez nous retrouver à notre pique-nique de rentrée pour un moment de détente, de rencontres et de convivialité.
18:15 - Shinjuku après le coucher de soleil
Laissez-vous guider dans Shinjuku, un des quartiers majeurs de Tokyo pour sa vie nocturne.

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Get Adobe Flash Player

Combi Rafting / Canyong du samedi 23 mai 2009

Vue de la rivière Toné

Sportifs dans l’âme ou sportifs du samedi, nous nous retrouvons aux aurores, ce samedi 23 mai. Nous sommes alors parés pour affronter un programme ambitieux de rafting et canyoning. La bonne volonté et la bonne préparation de la sortie n’empêche pas l’imprévisible. Il s’annonce sous la forme d’un « Ah, une des voitures se désiste ». Malheureusement, 2 personnes n’ont donc pas pu venir. Une grosse pensée pour elles !

La journée sportive commence dans la voiture. Les lacets de la route sont une bonne occasion de tester les performances de notre véhicule. La Porsche qui m'enmène vers Minakami, dans la préfecture de Gunma, fait gronder son moteur pendant que moi et les autres passagères se collent au fond de leurs sièges. Nous arrivons quand même à piquer un somme.

Arrivés au centre Canyons, nous sommes alpagués par une équipe jeune, dynamique et internationale. Un café avalé pendant que l’équipement nous est montré puis nous filons dans les vestiaires. Une combinaison, une sur combinaison, un k-way, un casque, des chaussons et des sur-chaussures : nous ressemblons surement a des bibendums.

Du centre au site de départ, 10 minutes de bus nous laissent le temps de faire plus connaissance, dans une joyeuse ambiance de colonie de vacances. Arrivés au bord de la rivière, les moniteurs nous prennent en charge. Le nôtre met en scène les consignes de sécurité avec humour: il nous montre même comment jeter à l’eau ou assommer un membre de l’équipage.

 

 

Ensuite, chaque équipage rejoint son capitaine, son raft et son équipe. Je me retrouve avec deux japonaises et trois italiens de l'AFJ... Qui a dit que l'AFJ était réservés aux seuls français?  Cinq minutes d’explication plus tard, nous nous jetons à l’eau en espérant que cela suffira à nous sortir des remous de la rivière Toné.

Chaque capitaine étant polyglotte, on s’amuse à utiliser les 3 maîtres mots (Repos, Avant, Arrière) en italien, anglais puis en japonais. Au final, ca donne une joyeuse cacophonie au milieu de laquelle les consignes de navigation sont un peu difficiles à suivre !

La rivière Toné se déroule devant nous en nous offrant de beaux paysages : les glycines en fleurs et les onsen bordent ses rives. Nous en profitons pour coordonner les mouvements de nos pagaies.

Malgré l’esprit d’équipe bon enfant qui règne, la Toné réussit a mettre à l’eau un membre italien de notre équipage. Du manque de discipline ou des remous de la rivière, on ne sait pas qui en est responsable…

L’heure et demie de descente de la Toné passe très vite. Elle est ponctuée par un arrêt sur ses rives. C’est l’occasion de tester les plongeoirs naturels que la région montagneuse nous offre : à 5 ou 3 mètres de hauteur, tout le monde y passe. On en profite aussi pour s’ébattre dans l’eau particuliérement froide. 

 

Au retour, nous filons sous la douche en pensant au barbecue que Frank SYLVAIN, notre gentil organisateur, est en train de nous préparer. Nous ne sommes pas déçus : viandes marinées et légumes se font griller. Sous la tonnelle, nous apprécions aussi les salades. Faisant plus amplement connaissance, nous échangeons des cartes de visite avec nos nouvelles amies japonaises. 

L’heure de la sieste sur le point de sonner, le groupe se partage pour se consacrer a des activités de l'après-midi au rythme bien différent : onsen et canyoning. Chacun ayant choisi son camp, les uns digèrent tranquillement avant d’aller barboter dans un onsen, tandis que les autres dont moi enfilent des combinaisons entre ninja et homme-grenouille..

              

Après 5 minutes de bus, nous arrivons à une petite rivière, celle du Canyon du Renard. Les consignes de sécurité, démonstration à l’appui, nous mettent en garde contre tous les dangers. Après les avoir écoutées avec une pointe d’appréhension, nous commençons la descente en file indienne.

Nous nous laissons glisser tranquillement sur des chutes d’un mètre de dénivelé. Le lit de la rivière nous réserve quelques surprises, mais c’est surtout à la première grande chute d’eau de 9 mêtres que les choses sérieuses commencent:  l’assurance gagnée précédemment est sur le point de disparaitre.

Sur le ventre ou sur le dos, tête, bras et jambes essaient de maintenir le tout dans une position correcte pour se préparer au saut. Cernés par l’appareil photo qui nous tire le portrait assis au bord de la falaise, on n’a pas le choix : aucun autre accès n’existant, renoncer à cette descente est quasiment impossible... Heureusement, les encouragements mutuels nous aident efficacement à surmonter ce passage.

 

Un par un, malgré le vertige, nous nous jetons à l’eau. Le guide nous harnache à une corde pour nous assurer et 3 mètres au-dessus de l’eau, lâche cette corde et nous laisse tomber jusqu'en bas dans un grand plouf impressionant mais tout à fait sans danger. 

En comparaison, le reste de la descente semble plus facile. Cependant, un autre passage nous impressionne avec sa chute de 4 mètres de dénivelés et son dévers tel un siphon. Gagnant en assurance, nous le franchissons plusieurs fois, en sautant ou en descendant la tête en avant et cela sans corde de rappel...

Enfin, nous sortons du lit de la rivière, les muscles un peu engourdis par le froid et par les 5 kilos d’eau qu’on soulève à chaque pas. Plutôt fiers de nos performances, l’ambiance chaleureuse du retour est l’occasion d’échanger sur les sensations ressenties.

De retour au centre, la douche chaude est une récompense attendue. Nous retrouvons ensuite le reste de l’équipe, délassé par son passage dans l’onsen. L’atmosphère sympathique ayant rapproché tout le monde, certains se promettent de se revoir dés le lendemain.

Tous fatigués et redoutant les bouchons de Tokyo, nous ne nous nous attardons pas. Au vu du calme qui a régné dans les voitures au retour, la journée avait manifestement donné son comptant de sport, détente, de frissons et de discussions sympathiques. Merci à l'AFJ pour nous avoir procuré tant de sensations fortes.

Texte: Béatrice LACLOCHE
Photos: Canyons