May - 2017
Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sunday
01
02
03
04
05 06 07
08
09
10 11 12
13
14
15
16
17 18
19
20
21
22
23 24
25
26 27 28
29 30 31  
Monday, 01. May 2017
01:00 - Programme MFJ de mai
L'accès aux manifestations de la Maison franco-japonaise (MFJ) est libre. Prière de vous inscrire depuis la page Agenda du site web : www.mfj.gr.jp. enrichi d'une nouvelle conféren...
Wednesday, 03. May 2017
18:00 - Chambara Sportif
Le chambara sportif ou "Spochan" souvent utilisé dans le langage parlé, est une escrime martiale, ludique et sportive qui se pratique avec des armes en mousse (épée, épée court, la...
Thursday, 04. May 2017
10:31 - Festival de Shizuoka
Le festival de Shizuoka présentera une version d'Antigone qui sera jouée au festival d'Avignon ainsi qu'un spectacle de ventriloques. Spectacles en anglais ou en japonais sous-titr...
Monday, 08. May 2017
09:10 - Atelier Stretching
Prenez conscience de votre corps et respiration pour améliorer votre condition physique, gagner en énergie et apaiser votre stress. Roppongi Stretching est un cours animé par Frédé...
Tuesday, 09. May 2017
18:00 - LUST, de Matsukage Hiroyuki
Présentation de portraits photographiques féminins interrogeant les perspectives futures de l'humanité.
Saturday, 13. May 2017
09:00 - L'épopée de l'empereur Meiji
Parcours dans Tokyo mêlant marche et déplacement en métro pour aller découvrir ce qu'est la "restauration Meiji"
Monday, 15. May 2017
10:00 - P'tit Déj Accueil
Japon Accueil reprend du service ! Que vous soyez fraîchement arrivé(e) ou bien installé(e) au Japon, l’équipe de Japon Accueil a le plaisir de vous rencontrer tous les 2èmes lundi...
Tuesday, 16. May 2017
19:00 - Soirée Karaoké le 16 mai.
Venez découvrir avec nous ce classique des soirées japonaises ! Chansons et bonne humeur à volonté à Shibuya !
Friday, 19. May 2017
19:20 - Tarot de Yokohama
Soirée jeux de cartes dînatoire, une soirée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 2,300 yens Dîner et boissons inclus.
Saturday, 20. May 2017
09:45 - Visite Découverte du quartier Yanesen
Yanesen est un des quartiers les plus pittoresques de Tokyo. Notre guide professionnel, Julien Legrand, nous propose une longue flânerie au coeur de ce quartier, comprenant la déco...
13:45 - Sortie découverte sumo (Complet)
Participez avec l'AFJ à une Journée découverte dans l’univers du Sumo. Priorité aux membres jusqu'au 15 avril seulement ! Occasion unique de rencontrer le nouveau Yokozuna japonais...
Monday, 22. May 2017
09:10 - Atelier Stretching
Prenez conscience de votre corps et respiration pour améliorer votre condition physique, gagner en énergie et apaiser votre stress. Roppongi Stretching est un cours animé par Frédé...
Thursday, 25. May 2017
19:00 - Soirée tarot
Soirée jeux de cartes dînatoire, une soirée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 3.500 yens Dîner et boissons inclus

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Get Adobe Flash Player

Gala de Solidarité du 17 mai 2008 - "Cent cinquantième"

PrécédentNo upper indexNo upper albumSuivant

Click here to view the big photo Click here to view the big photo Click here to view the big photo
Click here to view the big photo Click here to view the big photo Click here to view the big photo Click here to view the big photo
Click here to view the big photo Click here to view the big photo Click here to view the big photo Click here to view the big photo

Le gala qui m'a rendu GAGA

Certaines nuits comptent double dans la vie d’un homme. Surtout dans celle des chroniqueurs mondains. Le public nous imagine une existence super zen et extra glamour, débordante de créatures de rêve et de cigares cubains comme dans un rêve produit par Bill Clinton. Le public s’illusionne.

Tout a commencé par un appel en catastrophe du rédacteur en chef, samedi 17 mai.

- Bob, je suis dans une ratatouille internationale. Laetitia m’a fait faux-bond. Il faut que tu me couvres le Gala de l’AFJ à sa place.

- Quand ça, patron ?

- Dans deux heures. C’est le 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, une soirée soutenue par la Chambre de commerce et d’industrie française au Japon. Il y aura l’ambassadeur Philippe Faure et sa délicieuse épouse, Christine. Il me faut un papier qui dépote. À fond.

- Où est Laetitia ?

- Partie à la concurrence. Cette traîtresse couvrira l’événement pour Vogue.

J’ai expliqué à mon patron que vu les circonstances, il allait devoir m’autoriser une note de frais indécente. Il a accepté. Laetitia venait certes de plaquer le journal, mais deux semaines auparavant, c’était moi qu’elle avait largué sans merci. Sous le prétexte que « j’étais habillé comme l’as de pique ». Un plan germait déjà dans ma cervelle embrumée par ma dernière nuit à Roppongi. A côté de votre serviteur Bob Riviera, Patrick Bateman, l’infamant héros d’American Psycho, allait passer pour aussi inoffensif et mal sapé que Winnie l’Ourson. Laetitia et Vogue n’avaient qu’à bien se tenir. Chronique mondaine rimerait avec corrida, et revanche avec maestria.

Je suis arrivé au Hilton Tokyo au volant d’un Concept Car Peugeot qui aurait ravalé Daniel Craig dans Casino Royale au rang de plouc. Le pare-brise avait un petit côté Golden Boy de retour de Wall Street avec ses autocollants Shinsei Bank, Société Générale, Calyon, Natixis et Euro Japan.

Je suis arrivé au Hilton Tokyo au volant d’un Concept Car Peugeot qui aurait ravalé Daniel Craig dans Casino Royale au rang de plouc. Le pare-brise avait un petit côté Golden Boy de retour de Wall Street avec ses autocollants Shinsei Bank, Société Générale, Calyon, Natixis et Euro Japan.

J’avais mon smoking Dior, avec au revers quelques chouettes pin’s Valeo, Barco, Nissan, Saint-Gobain, Air France, Total et B&B. Ma montre Tag Heuer groupe LVMH rutilait à mon poignet, j’étais parfumé par Guerlain et coiffé par L’Oréal. Et j’avais ma bombe à oxygène en plaqué or Air Liquide pour me réveiller les neurones en cas de besoin. Bref, j’aurais pu jouer dans Ocean’s Eleven les doigts dans le nez et sans prononcer une ligne de dialogue, mais en volant la vedette à George Clooney et Brad Pitt réunis.

La soirée a littéralement démarré tambour battant. Les organisateurs avaient engagé un groupe de joueurs de taiko, d’énormes percussions traditionnelles japonaises qui auraient électrisé des limaces sous neuroleptiques si elles avaient pu avoir un carton d’invitation. C’est beau à pleurer des larmes de saké.

J’ai joué des coudes pour rejoindre le bar. Et reconnu illico presto la chute de rein de Laetitia. Elle s’est retournée et a fait mine de ne pas me voir. Elle était sexy à hurler dans sa robe noire Céline et un tour de cou en forme de grenouille signé Hozumi Collection. Elle buvait du Pernod Ricard sans glace pour faire sa singulière. J’ai demandé une eau gazeuse au barman pour contrer le coup et jouer la radicalité.
- ÇA GAZE AVEC VOGUE ? ai-je hurlé pour dominer le chant lancinant du tambour.
- EST-CE QUE JE TE DEMANDE SI TA SŒUR A DES SKIS ROSSIGNOL, HE PATATE !
- Ma sœur a des skis Salomon, et elle glisse où elle a envie, ai-je répliqué d’une voix posée.

Les yeux de Laetitia étincelaient de colère. De fait, j’ai eu une illumination. J’ai compris qu’elle ne m’avait pas quitté pour mon soi-disant manque de goût vestimentaire, mais parce qu’elle avait eu vent de mon aventure avec une monitrice de ski à Hakuba, l’hiver dernier.
- Laetitia, je crois qu’il faut que nous parlions sérieusement, toi et moi.
- PLUTOT AVALER UNE POUTRELLE ARCELOR MITTAL.

Elle filait déjà vers la salle à manger. Le sort a voulu que nous soyons placés à la même table. Nous avons eu droit à quelques discours bien troussés, les people étaient en verve. Laetitia a essayé de me faire sortir de mes gonds en draguant ostensiblement son voisin de droite, un ponte de Saint-Gobain fort bien de sa personne. Le défilé de mode a été à la fois une petite merveille et un profond supplice. De ravissantes jeunes femmes ont présenté une ligne exquise de kimonos. Et l’affaire aurait été un sans faute si un gaijin, trop bien bâti pour être honnête, n’avait fait partie de la distribution. Sa façon de porter la casquette dans un mixte « Titi Parisien rencontre Beat Takeshi », est allé droit au cœur du public féminin. À la fin de sa prestation, le jeune homme est venu saluer Laetitia, et mon sang n’a fait qu’un tour. Ce type était mieux habillé que moi. Jamais je n’aurais eu l’idée de faire dans l’esthétique fusion. Je me suis mordu l’intérieur des joues trois fois pour éviter de balancer mon poing dans sa petite gueule d’amour.

Le tirage de la tombola a été une crucifixion. Le jeune dandy à la sauce nipponne a gagné le gros lot : une virée romantique en Bretagne au volant d’une Porsche. Il n’a pas eu de meilleure idée que de proposer à Laetitia de l’accompagner. Ils se sont tortillés pendant des heures sur la piste de danse, et ce, grâce aux bons soins d’un DJ Fabrice en trop grande forme pour mon petit cœur meurtri. Quand Juanes a entonné La camisa negra, une chanson d’amour désespérée, Laetitia et son nouveau partenaire étaient serrés langoureusement l’un contre l’autre. Mes voisins de table étant rentrés chez eux, je n’ai pas hésité à finir les verres d’autant que le divin breuvage était offert par le Baron Philippe de Rothschild. J’ai quitté la salle avec pour seule compagnie un ticket de tombola, et suis allé récupérer mon lot surprise auprès des gentils organisateurs. Un garçon hilare m’a remis un énorme tigre en peluche de deux mètres de haut offert par Asian Tiger.

J’ai installé le tigre sur le siège passager de ma Peugeot et lui ai passé la ceinture de sécurité.
- La nuit est à nous, tu connais un bar sympa où tout oublier ? lui ai-je demandé.
Là-dessus, j’ai entendu la voix de mon boss comme s’il me parlait à l’oreille.
- « Tu rentres au bercail et tu écris ton foutu papier, Riviera. Je ne te paye pas pour faire la causette à des peluches à 2h00 du mat’ dans une voiture de location. »
J’ai mis le contact. Arrivé chez moi, je me suis attelé à cette foutue chronique.
Deux jours plus tard, mon patron m’a appelé alors que je prenais mon bain, le tigre posé sur le rebord de la baignoire. J’avais trouvé un nom à mon nouveau compagnon : Bob Junior.
- Tu as lu la chronique de Laetitia dans Vogue, Bob ?
- Non, patron.
- Dommage. C’est une leçon de journalisme. Précision, densité, élégance. Tu vois ce que je veux dire ?
- Pas vraiment, non.
- Pas mal ton papier sur le Gala AFJ. Mais tu m’avais habitué à mieux. Je te donne encore une chance. Tu vas me couvrir la rando AFJ dans la montagne. Six heures de marche, gentil petit dénivelé, pluie annoncée. Bonne route, petit.

J’ai reposé mon mobile sur le bord de la baignoire avant d’interpeller mon tigre. - Tu pars en rando avec papa, ça nous changera des galas.

Bob Junior ne m’a pas contredit.

Texte : Bob RIVIERA                                                                
Photo : Daphnee HAOUR et Daniel CONDAMINAS

Opens internal link in current windowVoir la liste des bienfaiteurs mentionnés.