March - 2017
Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sunday
  01 02 03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13 14 15 16 17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30 31  
Saturday, 04. March 2017
10:00 - Découverte théâtre Noh le 4 mar.
L'AFJ vous propose une journée de découverte du Nô au Théâtre National du Nô (Kokuritsu No-gakudo). Conférence entièrement traduite en français faite par LAYER Yoko, Shite (actric...
Sunday, 05. March 2017
01:00 - Offre d'emploi - Cuisinier
Bar à vin français (14 places) recherche un cuisinier. Vous serez seul(e) en charge de la cuisine et de la préparation des plats (tapas et cuisine bistro). Possibilité de support...
Monday, 06. March 2017
09:10 - Atelier Stretching
Prenez conscience de votre corps et respiration pour améliorer votre condition physique, gagner en énergie et apaiser votre stress. Roppongi Stretching est un cours animé par Frédé...
10:00 - P'tit Déj Accueil
Japon Accueil reprend du service ! Que vous soyez fraîchement arrivé(e) ou bien installé(e) au Japon, l’équipe de Japon Accueil a le plaisir de vous rencontrer tous les 2èmes lundi...
Wednesday, 08. March 2017
19:00 - Soirées Sympa Hebdo les mercredi !
A Minami-Aoyama et pour permettre à la communauté francophone de se réunir autour d'un verre, de faire des nouvelles connaissances, d'élargir son réseau tant professionnel qu'amica...
Friday, 10. March 2017
19:00 - Macbeth & Lady Macbeth
Fuji-Scene Francophone vous présente un spectacle en français, sous-titré en anglais et japonais. Tragédie sanglante, conte brutal du couple maudit, Macbeth & Lady Macbeth souligne...
Sunday, 12. March 2017
09:45 - Découverte du quartier Harajuku le 12 mars
Venez découvrir le quartier Harajuku, avec le sanctuaire Meiji, le plus grand sanctuaire de Tokyo et le quartier alentour, mêlant luxe et mode délirante.
18:00 - Chambara Sportif
Le chambara sportif ou "Spochan" souvent utilisé dans le langage parlé, est une escrime martiale, ludique et sportive qui se pratique avec des armes en mousse (épée, épée court, la...
Saturday, 18. March 2017
10:00 - Destination France – Salon des séjours linguistiques 2017
Ne ratez pas notre salon Destination France avec les écoles de français et nos cours de français gratuits ! Un billet d'avion ANA Tokyo-Paris et des séjours linguistiques à gagner ...
13:00 - Festival de la Francophonie Kansai 2017
L'AFJ Kansai vous invite au Festival de la Francophonie KANSAI 2017 KOBE, samedi 18 mars à partir de 13 heures. Voir tous les détails sur le site.
Monday, 20. March 2017
09:10 - Atelier Stretching
Prenez conscience de votre corps et respiration pour améliorer votre condition physique, gagner en énergie et apaiser votre stress. Roppongi Stretching est un cours animé par Frédé...
Tuesday, 21. March 2017
19:00 - Soirée Karaoké le 21 mars.
Venez découvrir avec nous ce classique des soirées japonaises ! Chansons et bonne humeur à volonté à Shibuya !
Thursday, 23. March 2017
19:00 - Soirée tarot
Soirée jeux de cartes dînatoire, une soirée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 3.500 yens Dîner et boissons inclus
Friday, 24. March 2017
19:20 - Tarot de Yokohama
Soirée jeux de cartes dînatoire, une soirée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 2,300 yens Dîner et boissons inclus.
Saturday, 25. March 2017
09:30 - Découverte de Nihombashi (Complet)
Venez découvrir le quartier de Nihombashi et participer à un atelier de papier "Washi", le papier traditionnel japonais
10:00 - Journée de la Francophonie 2017 !
Un visa pour le monde francophone ! L'Institut français du Japon - Tokyo vous invite à un voyage extraordinaire au cœur d'un pays immense sans frontière et aux multiples facettes: ...
18:30 - Concert de charité
Concert de charité organisé par les catholiques francophones de Tokyo afin de lever des fonds pour une maison de soins palliatifs au Cambodge.
Sunday, 26. March 2017
18:30 - Randonnée cerisiers fleuris Attention nouvelle date !!!
Rejoignez-nous pour une randonnée facile aux alentours de Tokyo, pour admirer les cerisiers en fleurs.
Monday, 27. March 2017
19:30 - Visite-Dégustation Maison de Saké 27 mars (Complet)
Un dîner-saveur exceptionnel avec la visite d'une maison de production du saké !
Wednesday, 29. March 2017
06:00 - Enquête sur la conscience des risques naturels au Japon
Sondage réalisé du 21 mars au 18 avril 2017 auprès des Français résidant au Japon par Jean-François Heimburger, chercheur indépendant, dans le cadre de son étude sur la conscience ...

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Get Adobe Flash Player

05-06 -Octobre 2013 -randonnée Chuo Alpes

Samedi, 6 heures du matin. Quand j’ai regardé par la fenêtre, la pluie tombait à torrents, je n’avais pas beaucoup d’inspiration pour aller rejoindre le groupe de l’ AFJ qui devait prendre le bus de 7h30 pour les Alpes japonaises.

Mais cette sortie n’avait pas été annulée donc il ne restait plus qu’à y aller….

Arrivé à Shinjuku, tous le monde était là à l’heure mais trempé. Une vingtaine de Français à cette heure-ci, ça ne passe pas inaperçu…

Nous montons dans le bus pour nous sécher…et redormir jusqu’à 11h30 où nous prenons un bus local qui nous conduit au pied du téléphérique. Déjà la végétation est très verte mais ce n’est rien car plus nous prenons de l’altitude avec la cabine et plus les couleurs d’automne deviennent multicolorées photo-shop-nature …et finalement c’est en haut que le contraste avec ces couleurs, et les montagnes recouvertes de nuages blancs nous laissent tous sans voix. Les arbustes aux feuilles rouges se mélangeant aux feuilles jaunes…

Nous préférons rester en bas pendant une heure pour ne pas monter dans les nuages et être surs de bien s’imprégner de ce paysage. Finalement nous attaquons l’ascension de 2 heures, chacun à son rythme. Pour nous retrouver sur les crêtes avec encore une vue incroyable de la vallée colorée et au loin des montagnes à perte de vue..Même le haut du Mont-Fuji dépasse au dessus des nuages.

Encore un dernier pic et nous arrivons au refuge où nous prenons nos dortoirs pour un petit repos avant de ressortir pour voir le coucher de soleil du haut de Kizokomagatake (la plus haute montagne du coin qui approche des 3000 mètres.) Encore une fois les couleurs et le jeu des nuages avec les montagnes nous laisse sans voix. Après une photo de groupe nous redescendons pour le repas du soir…suivi de jeux divers...

Le lendemain matin réveil à 5 heures pour les courageux qui veulent remonter en haut de la montagne pour voir le lever de soleil. Cette fois-ci il se fait attendre car des nuages sont devant lui…mais finalement il apparait éclairant une mer de nuage, nous laissant tous sans mots. De retour au gite nous prenons un petit déjeuner qui nous laisse sans faim, pour après commencer les randonnées dans trois directions différentes, chacun selon son niveau et son désir. Bien sûr la montagne la plus difficile est aussi la plus populaire car les photos exceptionnels prises en haut laissent tous le monde bouche bée.

Nous décidons de redescendre de l’autre coté de cette montagne par un parcours très accidenté mais vraiment exceptionnel à tous les niveaux sans aucun bruit et qui nous donne beaucoup de satisfactions.

Finalement nous retournons dans la civilisation en redescendant au téléphérique ou des haut-parleurs hurlants gâchent notre sérénité et nous donnent envie de protester encore plus bruyamment.

Évidement il faut attendre plus d’une heure avant de pouvoir reprendre le téléphérique…bienvenue dans le monde soi-disant réel…(moi je préférais celui d’avant…) Un arrêt au onsen nous permet de nous détendre avant un retour sur Tokyo où la pluie était finalement finie.

Comme vous verrez avec les photos, il n’y a pas besoin de ce texte pour savoir que nous avons passe tous un weekend exceptionnel qui nous donne envie de repartir dès que l’ AFJ organisera une prochaine sortie nature.

Merci aux organisateurs, à tous ceux qui ont aidé, et bien sur aux valeureux participants.

Patrick Deblaise pour l’ AFJ.

Randonnée kôyô dans les Alpes centrales (5-6 oct 2013)

« Les Alpes ? Mais c’est en France ! » s’exclamait un des enfants. Plus tard, il pourra dire à ses copains : « Moi, je suis allé dans les Alpes japonaises ». 

Car c’est ainsi que s’appellent les chaînes de montagnes d’environ 3000m qui partagent le Japon en deux, juste au milieu de l’archipel. Il y en a trois : les Alpes du Nord (Kita Alpes), les Alpes du Sud (Minami Alpes) et les Alpes centrales (Chuô Alpes). Ces dans ces dernières que Patrick, notre guide, nous a emmenés.

Il est sept heures du matin. Une vingtaine de Français, dont un tiers juvénile, se sont rassemblés à la gare routière de Shinjuku, sous la pluie. Oui, il pleut, mais on a bon espoir. La météo annonce une amélioration, en tout cas sur place.

En effet, lorsque l’autocar est sortie du tunnel Sasago, à une centaine de kilomètres de Tokyo, il ne pleuvait plus. Puis, après 5 heures de voyage, l’autocar nous laissa à Komagane, où nous prîmes un bus de ligne qui emprunta une route extrêmement escarpée pour nous emmener à la station de télécabine, Shirabidaira

Nous n’avions encore presque pas marché, mais nous sommes déjà à 1700m d’altitude. La télécabine va nous porter encore 1000 mètres plus haut. Il ne nous restera donc plus qu’à escalader 300m pour aboutir au sommet des Alpes centrales. Voilà pourquoi des enfants, âgés de 4 à 13 ans, étaient parmi nous.

Tous debout, serrés les uns contre les autres. Ceux qui se sont retrouvés près de la fenêtre de la télécabine ont pu admirer un paysage plus que magnifique : le kôyô avait commencé et la montagne avait pris ses couleurs d’automne, allant du vert au rouge, en passant par le jaune et l’orange, sans compter les subtilités des couleurs intermédiaires. Le tout silloné par des torrents qui, par endroit, chutaient dans le vide.

Cette promenade aérienne était bien brève. Sept minutes et demie plus tard, nous étions arrivés à Senjôjiki Kar, à 2600m d’altitude. Kar, de l’allemand, « cirque glaciaire ». Le spectacle était donné non par des clowns ou des jongleurs, mais par la nature elle-même : une palette de couleurs automnales comme décrite précédemment et, plus haut, au-delà de la limite des arbres, la verdure des haimatsu ou pinus pumila (pins nains) alternant avec le gris des rochers.

Après avoir pris tout notre temps pour faire le tour de l’amphithéâtre afin de contempler ce magnifique spectacle naturel, nous avons attaqué la montée qui nous mène au gîte de ce soir. Le chemin en lacet et en escalier dit Hatchôzaka nous hissa à un col appelé Jôdo-Nokkoshi. Deux gîtes s’y trouvaient, mais, à la déception des enfants, ce n’était pas les nôtres. De là, les premiers arrivés firent un aller-retour sur une crête latérale menant à Ina-Maedake (2883m). Puis, lorsque tout le monde s’est rassemblé, nous continuâmes notre chemin. 

La route nous acheminait vers Nakadake (2925m), une petite bosse d’une centaine de mètres de haut. Arrivée là-haut, les uns et les autres prenaient place sur les rochers pour contempler un panorama de 360 degré, en essayant de repérer les montagnes qui apparaissaient timidement derrière les nuages.

Il ne nous restait plus qu’à descendre le versant opposé de la colline pour regagner le gîte qui se trouvait en contrebas. Le bâtiment n’avait aucun charme mais le gardien qui tenait la boutique était sympathique. A vingt, nous n’aurions eu droit qu’à trois chambres, mais comme le gîte n’était pas au complet, il nous a proposé une quatrième chambre, ce qui augmenta sensiblement notre confort. Car franchement, même avec notre esprit résolument cartésien, nous ne pouvions faire mieux qu’aligner six futon dans une chambre censée en contenir huit. Les Japonais doivent être très forts en puzzle.

Après avoir fait une pause, nous sommes repartis faire le dernier bout de notre randonnée du jour : grimper au sommet du point culminant des Alpes Centrales, le Kiso-Komagatake, à 2956m d’altitude. Entendons-nous bien, il n’y a que cent mètres à monter depuis le gîte.

Le but était de contempler le coucher du soleil ; or celui-ci n’était pas au rendez-vous. Nous avions tout de même pu contempler à nouveau un panorama de 360 degré, cette fois-ci sur une mer de nuage, sur laquelle flottaient les plus hauts sommets du Japon : à l’ouest, Ontakesan, au nord, les Alpes du Nord et Norikuradake, au nord-est, le Mont Asama et, à l’est, Yatsugatake, les Alpes du Sud et, derrière elles, le Mont Fuji.

Nous retournâmes dîner au gîte (merci Patrick pour la vin et le whisky !) et, après le repas, les uns bavardaient, les autres jouaient au tarot, tandis que les enfants se livraient à une bataille aux polochons ! A l’extérieur, une dizaine de tentes abritaient les amoureux du bivouac. Le ciel était dégagé et l’on pouvait voir une multitude d’étoiles scintiller sereinement.

Le lendemain matin, nous nous sommes levés avant les coups de cinq heures pour aller regarder le lever du soleil. Il faisait encore noir, mais nous pouvions nous passer de torche. Sur les recommandations du gardien, nous sommes allés à Umanose, une bosse qui se trouve sur la crête qui part de Komagatake vers le nord-est.

Il faisait déjà jour lorsque nous sommes arrivés sur place. La vallée du fleuve Tenryu était entièrement recouverte d’une mer de nuage, au-dessus de laquelle dominaient les Alpes du Sud, qui se découpaient dans un ciel qui commençait à rougir, puis à jaunir, à mesure qu’approchait le lever du soleil.

Malheureusement, des nuages à l’horizon cachaient le soleil qui aurait dû se lever au-dessus d’un autre Komagatake, celui des Alpes du Sud, le Kai-Komagatake. Mais dès qu’il est apparu au-dessus de ces nuages, les rayons de soleil ont commencé à éclairer la mer de nuage sur laquelle se dessinait l’ombre des Alpes du Sud.

Après avoir pris le petit déjeuner, nous quittâmes le gîte. Le soleil tape fort et tout le monde sortait ses lunettes de soleil. Comme Patrick n’aime pas refaire le même chemin dans l’autre sens, nous avions pris, pour le retour, le chemin qui contourne le sommet de Nakadake en longeant son flanc abrupt. Il fallut, vers la fin, longer la paroi d’un grand rocher, mais le gardien nous avait dit qu’il n’y avait pas de danger pour les enfants, du moment que les parents étaient avec eux. En effet, les enfants se sont même amusés.

Ensuite, les plus courageux ont escaladé le Hôkendake, une aiguille de 2931m d’altitude. On n’arrive à son sommet qu’en grimpant les roches de son flanc, parfois à l’aide de chaînes. Nombre d’entre nous y sont parvenus. Mais le grand défi nous attend une fois là-haut. Le « vrai » sommet est un rocher de deux mètres de haut, déjà pas facile à monter et encore plus difficile à redescendre. Et une fois perché sur ce rocher, où il y a à peine de la place pour une personne, il faut, à condition de ne pas avoir le vertige, arriver à se mettre debout et à lever les bras en l’air. A en juger d’après les photos prises, nous ne sommes que deux à y être parvenus. Bravo Vincent !

Après cet exploit, il ne nous restes plus qu’à redescendre vers Senjôjiki Kar. Les uns y sont descendus directement, les autres ont fait un détour vers Ina-Maedake. Mais Patrick, Vincent et moi, nous avions préféré continuer sur la crête au-delà de Hôkendake, déconseillée aux débutants. 

Juste en contrebas du sommet, Patrick me dit : « on va te prendre en photo » et me demande d’avancer au bout d’un rocher en porte-à-faux. Il venait de faire une séance photo tout à l’heure avec les enfants et je ne pouvais donc passer pour un froussard. Je n’en ai peut-être pas l’air sur la photo, mais vous ne pouvez pas imaginer comme j’avais la trouille !

Nous continuâmes d’évoluer sur la crête dentelée de Hôgendake. Une véritable promenade aérienne. C’est à juste titre que les Alpes japonaises sont également appelées « le toit du Japon », car j’avais vraiment l’impression de me promener sur un toit. Non seulement nous avions devant nous une vue magnifique sur la crête qui mène vers Hinokiodake, mais nous avions constamment une vue de 360 degré sur le paysage qui nous entoure et sur la mer de nuage, le tout sous un ciel bleu et très ensoleillé.

A un moment donné, Vincent s’est mis à faire une sieste, et je me suis donc arrêté pour faire un petit pique-nique, tandis que Patrick est allé encourager quatre autres de chez nous qui étaient à nos trousses. Lorsque ceux-ci nous ont rejoint, nous continuâmes notre route. La crête dentelée se terminait et s’enchaînait sur une crête ordinaire, que nous dûmes quitter peu après pour prendre le chemin qui descend vers Senjôjiki Kar.

Durant la descente le long d’un chemin en escalier, nous avions pu admirer une dernière fois le cirque glaciaire de Senjôjiki en plein kôyô. Nous n’étions d’ailleurs pas les seuls à profiter de ce magnifique paysage, puisque la station de la télécabine était, à notre arrivée, surpeuplée de randonneurs.

Pour terminer en bonne et due forme notre randonnée, nous avions fait escale dans un onsen bien mérité, pour enlever la crasse et détendre les muscles. Nous avions eu vraiment beaucoup de chances, non seulement avec la météo, mais aussi parce que nous sommes tombés pile au bon moment pour les kôyô. Et puis, personne n’a ronflé la nuit. Du moins dans notre chambre. Signé : M. Fluo.

Rigue

Quelques photos de la sortie...

|BAD SRCDIR PATH!||BAD IMG PATH!|
If you are the owner of this site you can contact arco(at)appeltaart.mine.nu for help

No previous pageNo upper indexNo upper albumNo next page