July - 2017
Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sunday
 
01
02
03 04 05 06
07
08
09
10 11 12
13
14
15
16
17
18
19 20
21
22
23
24
25
26 27 28 29 30
31  
Saturday, 01. July 2017
01:00 - Programme MFJ de juillet
L'accès aux manifestations de la Maison franco-japonaise (MFJ) est libre. Prière de vous inscrire depuis la page Agenda du site web : www.mfj.gr.jp. Inscription possible jusqu'aux ...
Friday, 07. July 2017
19:00 - Ascension du Mont Fuji le 7 juil
INSCRIPTIONS LIMITÉES Les neiges ont fondu, c'est bientôt l'été et la saison de l'ascension du Mont Fuji. Tarif AFJ : 9.000 ¥ en prévente. Départ le vendredi 7 juillet à 19h00
Saturday, 08. July 2017
09:00 - Visite de Miyajima
Venez à la rencontre de la nature, de la culture et de l'histoire de Miyajima ! Écotour exceptionnel organisé par la Setonaikai
Sunday, 09. July 2017
14:00 - Atelier Pilates spécial été
Le 9 juillet, de 14h à 16h, session spéciale de l'atelier Pilates au studio Carrefour d'Ebisu
Thursday, 13. July 2017
10:00 - Exposition de Nihon-Ga
Exposition gratuite de Nihon-Ga au Department Tokyu store jusqu'au 19 juillet. Discussion avec l'artiste Chen Yicheng du 13 au 16 juillet
Saturday, 15. July 2017
12:00 - Paris Sai 2017
Célébrons ensemble cette fête dans les jardins de l'Institut !
Tuesday, 18. July 2017
18:45 - Soirée Karaoké le 18 juillet
Venez découvrir avec nous ce classique des soirées japonaises ! Chansons et bonne humeur à volonté à Shibuya !
Friday, 21. July 2017
19:00 - Dîner Saveur le 21 juillet
Venez nous rejoindre pour notre dernier dîner-saveur avant les vacances ! Un petit coin de verdure dans Tokyo.
Saturday, 22. July 2017
13:30 - Mizuhiki & Calligraphie
Apprenez à décorer vos enveloppes pour les cartes de voeux avec le raffinement de la calligraphie japonaise et de l'art du Mizuhiki. Prix spéciaux pour les membres AFJ ! Contactez ...
Tuesday, 25. July 2017
10:00 - Recherche d'un modèle
Pour un shooting photo aux environs du 1er août pour une durée de 5h. Pas besoin d'être professionnel. Contactez Valérie (valerie*at*valeriecordier.com)

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Kamakura Inédit du 2 Décembre 2006

Malades? Fatigués? Manque de motivation matinale? Hors de question de rater la journée AFJ à Kamakura ! Qui voudrait rater une occasion de passer une journée comme celle que l’on nous a proposé ? Nous avons eu l’occasion de faire un grand saut dans la culture japonaise et de découvrir enfin par nous mêmes ce que beaucoup ont lu dans les guides touristiques.

Rendez-vous à la gare de Shinagawa. En bons Français, nous nous arrêtons sous la première horologe avec quelques têtes blondes dessous. L’instinct grégaire prend le dessus et il nous faudra quelques minutes avant de retrouver la bonne horloge. Après quelques préparatifs et instructions, nous prenons possession d’un train sous la conduite de nos guides armés de plumeaux qu’ils agitent devant les passants Tokyoïtes un peu étonnés, il faut bien le dire, par notre charmant troupeau.

Le trajet est employé à la lecture du programme détaillé de la journée qui s’avère de plus en plus intéressant. Nous en profitons également pour discuter entre expatriés de tous bords et parler de nos différentes experiences du Japon.

A notre arrivée a Kamakura, le temps est magnifique; bien qu’un peu frais mais nous sommes loin des températures françaises hivernales. Nous nous rendons à pied jusqu’à notre première destination : une forge traditionnelle.

Il s’agit de l’atelier et de la demeure du descendant du célèbre forgeron Masamune , une légende dans le domaine de l’art de la fabrication de sabres. Nous sommes un peu nombreux pour le petit atelier du maître et afin de preserver le caractère sacré du lieu, un premier groupe s’introduit dans l’atelier pendant que le reste de la troupe peut admirer les couteaux du magasin et commencer à réfléchir à quelques acquisitions de belle facture. Lors de notre visite, le maître nous aura décrit surtout le travail de l’acier, les différentes étapes de son travail extrêmement long et délicat. Il a bien voulu répondre à toutes nos questions et nous avions la chance d’avoir une traduction de ses propos en temps réel.

La forge d’une seule lame peut prendre des semaines de labeur et nécessiter de nombreux essais. Le prix est bien entendu comme le produit fini : exceptionnel. L’assistant du maître, tout comme lui, était habillé de blanc et montait la garde devant son sensei pendant que le maître forgeron décrivait les facettes de son art séculaire et nous montrait quelques-unes de ses réalisations.

Certains ont profité de cette visite pour acheter des couteaux signés et capables de faire trembler n’importe quel poisson sain d’esprit.

A noter également la présence du petit autel privé le long de la maison du forgeron devant servir à la purification de l’esprit avant de travailler l’acier.

Nous repartons, réchauffés par les feux de la forge, vers notre prochaine destination : le temple Hachimangu. Nous enlevons nos chaussures et attendons ensuite que la cérémonie précédente se termine.

Les arbres portent des couleurs magnifiques et nous avons la chance d’apercevoir des mariés en costume traditionnel et quelques petites filles également en costume, accompagnées de leurs mères, qui se rendent au temple.

Nous sommes enfin invités à pénetrer dans le sanctuaire shinto, nous faisons bien attention à rester silencieux et à ne pas prendre de photos, comme il nous a été demandé. Puis nous nous mettons à genoux et pour beaucoup le calvaire commence…

Nos corps occidentaux sont rarement habitués à un tel traitement mais nous tenons le coup et admirons le ritual Shinto qui se déroule devant nous en essayant de soulager nos rotules au maximum. Le prêtre qui officie est très concentré et ses gestes sont très précis. Il en est de même pour la danseuse qui entre peu après. Elle est gracieuse et cérémonieuse à la fois.

L’atmosphère est calme et sereine malgré les bruits des suppliants au dehors qui frappent dans leurs mains et jettent des pièces devant l’autel. L’ensemble de la cérémonie est un peu étrange mais très beau et très reposant.

C’est fini, nous saluons une fois de plus et pouvons enfin détendre nos jambs endolories et rétablir la circulation… Nous remercions nos guides et partons nous restaurer dans une demeure non loin du temple.

Quelques photos prises en chemin et nous nous asseyons (cette fois plutôt en tailleur) autour des tables alors que des bentos sont distribués. Pour un repas végétarien, personne ne trouve à redire : la nourriture est excellente et copieuse. Nous avons aussi beaucoup apprécié le sake et les biscuits offerts par le temple.

Après avoir mangé, nous avons la chance de pouvoir écouter une artiste de biwa. Il s’agit d’une sorte de luth japonais aux cordes de soie, taillé dans un bois précieux et dont les cordes sont pincées avec un triangle de bois. L’artiste de renommée Yoko Ban nous présente son instrument et nous interprète un geste dont nous avons heureusement la traduction et qui fait référence à une célèbre bataille. Tous écoutent la musique et le chant d’une voix tantôt féminine tantôt masculine. L’interprétation est surprenante mais magnifique. Nous applaudissons, charmés par cette performance qui pour beaucoup est une première.

Certains ont la chance de pouvoir essayer le bel instrument avec plus ou moins de réussite et puis il est temps de remercier nos hôtes et de dire au revoir.

Nous repartons donc en traversant Kamakura pour nous rendre jusqu’à Kita- Kamakura : petite bourgade limitrophe et non moins jolie que Kamakura. Après une petite glace et une bonne marche nous arrivons sans trop nous perdre devant une maison de thé. Nous rentrons au chaud et passons dans une sale d’attente dans laquelle nous prenons nos aises. A l’entrée, on nous remet à chacun une grue de papier, sans doute une coutume de bienvenue…

Alors que nous discutons bruyamment comme de bons Français, une apparition nous réduit soudain tous au silence. Une jeune femme occidentale, vétue d’un kimono, entre dans la pièce et commence à nous servir un breuvage. Elle nous sert avec tant de présence et de grâce que nous en sommes tous ébahis. Il faut notre curiosité toute occidentale pour romper le charme lorsqu’elle est interrogée sur son origine (française) et la raison de sa présence dans cette demeure.

Après cette parenthèse charmante, une paroi vitrée coulisse et une hôtesse japonaise pénétre dans la pièce et brandit une grue de couleur rose. Elle nous fait comprendre que les personnes ayant reçu un oiseau de cette couleur doivent l’accompagner. Les heureux élus enfilent des sandales et après avoir emprunté un petit chemin de pierre dans le jardin, nous accédons à une petite salle dédiée à la cérémonie du thé. Nous y pénétrons accroupis et nous agenouillons à l’intérieur, devant une bouilloire posée sur un feu.

Quelques instants plus tard, une femme entre et toujours avec cette même grâce et ce souci du détail, nous présente un plateau de sucreries que nous devons prendre sur une serviette puis manger afin de compenser l’amertume de la boisson à venir.

Puis la cérémonie commence vraiment avec la preparation du thé, l’eau ajoutée dans les bols, le thé mélangé d’un geste sûr, puis servi devant nous. Après s’être inclinés, nous pouvons boire le thé et suivons pour cela les quelques recommandations qui nous ont été faites. Porter le bol avec les deux mains, le tourner puis boire une gorgée, puis le tourner à nouveau et tout boire en trois gorgées. On fait de notre mieux et voila c’est fini, on nous débarasse puis on nous présente les objets qui ont servis à la préparation du thé.

Nous ressortons par le jardin et rejoignons nos compagnons de route, le goût du thé encore dans la bouche… Nous avons la chance de pouvoir également participer à une plus grande cérémonie dans la pièce principale de la maison.

C’est déjà l’heure de rentrer. Les groupes se séparent peu à peu et se dirigent vers la gare pour rentrer à Tokyo. La journée est passée très vite.

Nous gardons de très belles images et des mélodies envoûtantes en tête et bien sûr de nombreuses photos. Nous avons apprécié la gentillesse de tous, la prévenance de nos hôtes, le dévouement de nos guides, et la bonne humeur générale. Mention spéciale pour le respect des petites comme des grandes personnes face à des aspects parfois déroutants pour des occidentaux de la culture japonaise.

Cette journée était une réussite sur tous les plans et nous avons pu en apprendre plus sur ce pays dans lequel nous sommes accueillis. A très bientôt pour la prochaine sortie !

Auteur: Guillaume PETIT-JEAN

Opens external link in current windowVoir l'album photo du 2 décembre 2006